Depuis 1975, écoliers, touristes, randonneurs et professionnels de la botanique identifient les plantes sans peine, par l’image, grâce aux guides Fleurbec. Vendus à plus d’un tiers de million d’exemplaires, ces livres constituent une initiation moderne et vulgarisée à la Flore laurentienne de Marie-Victorin.

Le secret d’un tel succès réside dans la formule originale et attrayante, inventée par Fleurbec: classification par couleur de fleur, langue à la portée de tous, notes encyclopédiques sur tous les aspects des plantes, photos documentaires splendides, le tout dans une présentation soignée, de consultation facile.

Le conseil d’administration de Fleurbec assure la continuité et s’occupe de la conception et de l’administration des projets. En l’an 2002, il est formé (de gauche à droite) de Francis Boudreau, Roger Larose (arrière), Yves Boudreault (avant), Gisèle Lamoureux et Claude Allard.

Photo: Yves Boudreault

Corporation indépendante et sans but lucratif, Fleurbec s'est donné comme objectif principal de contribuer à reverdir les cerveaux, en faisant connaître et aimer la flore du nord-est de l'Amérique et en vulgarisant les connaissances qui s'y rattachent.

Formé en 1973, Fleurbec a expérimenté divers modes de fonctionnement. D'abord fondé sur le bénévolat d'une équipe de "mordus", le groupe a évolué vers une structure complexe, intégrant bénévolat, salariat, travail à redevances. Fleurbec est surtout déterminé à contribuer au bien-être physique et mental qu'apporte le contact avec la nature, par le sentiment qu'il inspire d'être intégré à un univers vivant, harmonieux et agréable.

Actuellement, le groupe comprend un noyau "d'Anciens" qui, bénévolement, assurent la continuité, voient à ce que se maintiennent l'orientation et l'esprit de Fleurbec et s'occupent de la conception, de l'administration et du financement des projets.

Au sein de Fleurbec, l'équipe de photographie s'occupe non seulement de la prise de photos, mais aussi du choix des photos publiées. Les échanges d'idées et d'émotions que suscite l'analyse des photos, marquent profondément le style de photographie de Fleurbec.

Côté texte, sous la direction de l’auteur, des documentalistes, généralement des employés salariés, préparent le travail en effectuant des recherches bibliographiques. À la mesure de ses besoins et de ses moyens, Fleurbec a aussi engagé des collaborateurs occasionnels, spécifiquement pour la préparation de certains livres. Tous, malgré la maigreur de la rétribution, ont travaillé avec ardeur et enthousiasme à la réalisation des volumes.

Nous avons également profité de l'aide, des avis et des conseils scientifiques et techniques, bénévoles, de bien des spécialistes et amis. La facilité et la promptitude avec lesquelles ils nous accordaient leur collaboration et leur confiance, nous ont continuellement ravis.

Bien sûr, notre fidèle public demeure notre principal soutien moral. Sa contribution financière assure aussi, en bonne partie, le fonctionnement de Fleurbec, mais le marché francophone nord-américain reste peu étendu, c'est connu. Divers organismes nous ont déjà accordé leur appui, par le biais de subventions, nous permettant d'écrire et d'éditer des livres de qualité, à un prix abordable.

Nous espérons que nos livres vous serviront de prétexte à quelques extases dans la nature, où nous vous accompagnons.

(Référence : Plantes sauvages des lacs, rivières et tourbières, automne 1987)

Chacun de nos guides d’identification est un succès de librairie. L’ensemble des exemplaires vendus s’élève à plus d’un tiers de million.

Excursions, conférences, ateliers, émissions de radio ou de télévision.

Articles, brochures ou reportages photographiques dans des journaux et des périodiques.

Campagnes de sensibilisation à la conservation du patrimoine végétal québécois.

Constituée d’environ 20 000 diapositives couleurs, notre collection couvre plusieurs centaines de plantes de l’est de l’Amérique du Nord, des plus communes aux plus rares.

Les textes de nos livres sont également disponibles.

Cliquez ici pour plus d’informations sur l’achat de droits de reproduction.

Gisèle Lamoureux est née à Montréal, le 5 octobre 1942. Son amour pour les plantes sauvages remonte à son adolescence, au sein du mouvement scout. Elle habite actuellement à l’orée d’une érablière, féériquement tapissée de fleurs sauvages printanières, à Saint-Henri-de-Lévis.

Photo: Francis Boudreau

Botaniste-écologiste et initiatrice de Fleurbec, Gisèle Lamoureux poursuit à temps plein le travail amorcé au début des années 1970: concevoir et diriger la rédaction, l’illustration et l’édition des guides Fleurbec. Cette phytophotographe passionnée a réalisé plusieurs dizaines de milliers de diapositives de plantes en milieu naturel.

Le grand public la connaît aussi pour ses campagnes de sensibilisation à la vulnérabilité de plantes ou d’habitats fragiles. La campagne pour la protection de l’ail des bois, qu’elle amorça en 1979, devint un événement précurseur de l’adoption de la loi québécoise sur les espèces menacées. Récemment, ses démarches énergiques incitèrent l’Assemblée nationale à adopter l’iris versicolore comme emblème floral du Québec.

Les Québécois ont reconnu sa contribution exceptionnelle, en lui décernant l’Ordre national du Québec (1996), et les Canadiens lui ont témoigné leur reconnaissance en lui accordant l’Ordre national du Canada (1999). Elle s’est aussi mérité le Prix Georges-Préfontaine (1989) et le titre de Membre émérite (2009) de l’Association des biologistes du Québec (1989), le Mérite de la conservation de la flore du ministère de l’Environnement du Québec (1997) et un Doctorat ès sciences Honoris causa de l’Université Laval (1998).

Pour d'autres informations sur Fleurbec, sur Gisèle Lamoureux et sur divers sujets concernant la botanique au Québec, consultez le site:

http://ouellette001.com/

http://www.ouellette001.com/vivre/V9950Lamoureux.htm